Adia Victoria « Stuck In The South »

Son nom joliment poétique semble sorti tout droit d’un conte de fée gothique. Mais c’est sur les routes sinueuses et tourmentées du sud des US que nous transporte la belle Adia Victoria. Originaire de Caroline du Sud, Adia qui a passé les dix premières années de sa vie au sein d’une secte rigoriste, apporte un souffle spirituel particulièrement poignant à ses compositions de folk hantées.

De Robert Johnson à Billie Holiday, de Johnny Cash à Patsy Cline, de Pj Harvey à Fiona Apple, on entend tout ça chez Adia Victoria. C’est sombre et sale, avec tout ce qu’il faut de soul tendre, et la voix mielleuse d’une chatte sur un toit brûlant. Sur “Stuck In The South”, un blues quasi gothique tout est dit: “I don’t know nothing ‘bout Southern belles/ But I can tell you something ‘bout Southern hell”. Sans compromis, la miss n’a pas peur de rouler sa voix dans la boue, de faire cohabiter le gospel, le blues et la country, de faire danser Stevie Wonder, Wanda Jackson et Loretta Lynn dans une valse diabolique sans jamais sonner rétro, revival ou tout ce que vous voudrez. Et c’est bien là toute la force de cette jeune artiste qui n’a pourtant que 4 singles à son actif. Contrairement à tant d’autres qui jouent à fond la carte passéiste, Adia Victoria, dans toute sa candeur, sa folie douce et sa sincèrité sonne incroyablement moderne. Ici les influences sont ingérées, digérées, recrachées, gribouillées, piétinées pour mieux servir le propos intimiste de cette songwriteuse particulièrement envoûtante.

Quand on apprend qu’elle cite également parmi ses influences Bikini Kill, Hole et le mouvement Riot Grrrl et qu’elle travaille actuellement sur son premier album avec Roger Moutenot (qui a produit Sleater Kinney ou Yo La Tengo), on ne peut qu’être définitivement emballé…

Si vous avez aimé, pourquoi ne pas partager... Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire