Klink Clock « Accidents »

Nouvel album pour le duo parisien Klink Clock, qui reprend plusieurs titres déjà entendus sur le précédent Ep (“Kid” en 2016) chroniqué sur ces pages. Deux ans plus tard, Jennie et Aurel reprennent les choses à peu près là où ils les avaient laissé: soit en pleine récréation rock’n’roll. Avec désinvolture et beaucoup de plaisir, le duo nous rejoue leur formule efficace et survitaminée de son brut, entre garage, grunge et power pop minimaliste.

Playlist Rebel Girl #Automne 2018

Un peu de baume au coeur en ce début d’automne avec des filles prêtes à vous en mettre plein la vue. Voici ma sélection des meilleurs titres découverts ces dernières semaines sur la scène musicale indépendante. Entre blues ardent, garage sulfureux, post punk électrique, pop tendre et berceuse tzigane, ces 10 titres sont prêts à vous faire voyager… Alors n’hésitez pas à les partager…

Joulik « Envol »

Avec son nouvel album, “Envol”, le trio Joulik nous invite à un voyage onirique et enchanté dans des terres lointaines, à la fois imaginaires et bien enracinées.

Dès la première seconde on se sent happé par cette complainte triste et langoureuse, à la beauté confondante qui évoque une berceuse tzigane (“Morenika”), chantée ici en ladino (la langue vernaculaire judéo-espagnol). La voix mélancolique de Mélissa Zantman se mêle avec une grâce incandescente aux larmes d’un violoncelle, à la fougue d’une guitare, ou à des percussions africaines jouées au rythme des battements du coeur. Car c’est avec une émotion réelle, douce et palpitante que Joulik délivre les morceaux de leur voyage planant.

Ella/Foy « Walking In The Space

Dès la première note, on se retrouve happé par cette voix suspendue au timbre fêlée, pleine de douceur et de larmes. La musique lancinante, empreinte de douceur et de poésie vous enveloppe peu à peu dans un balancement délicieux. Duo français, originaire de La Rochelle, Ella/Foy nous invite à un voyage onirique et planant avec leur joli premier album “Walking In The Space”. Ella c’est elle (Hélène, chant, guitare, ukulélé), en hommage à la grande Fitzgerald. Foy c’est lui (Romain aux percussions, contrebasse), un nom qui vient du patois écossais (c’est une offrande faite à celui qui s’apprête à prendre la route…).

Melissa Bon « Away »

Autant le dire tout de suite, je ne suis pas fan de la soul d’aujourd’hui. Sans tomber dans le permanent “c’était mieux avant”, j’ai un peu de mal avec les productions modernes, les minauderies putassières des poseuses de r’n’b ou les chanteuses bien polies et choucroutées qui singent la pauvre Amy Whinouse (et par la même occasion les Girls Band 60’s auxquels faisait référence l’artiste prématurément disparue). Pour moi ces filles là ne font pas de la soul (mais plutôt de la soupe) et sont loin, très loin de suivre la lignée royale de leur prédécesseurs dans le genre.

Heureusement Melissa Bon met la barre plus haut que ses contemporaines avec son très joli premier Ep intitulé “Away”. Plus cultivée, plus sensible, l’artiste franco-suisse d’origine éthiopienne propose des morceaux sombres et délicats, aux frontières du jazz, du trip hop et de la soul mais dans ce qu’elle a de plus pure. Quand elle parle directement à l’âme, au coeur, et qu’elle dévoile des émotions sincères, à fleur de peau.