Natalia Doco, pop chamanique venue d’Argentine

Natalia Doco

Enorme coup de coeur pour cette jeune artiste argentine qui chante un blues venu d’ailleurs avec une voix poignante, teintée de larmes et de passion. Natalia Doco est capable de délivrer une ballade incantatoire, chamanesque à souhait (“La Ultima Canciòn” terriblement envoûtante) aussi bien qu’une sucrerie reggae pop, boostée de cuivre et de rytmiques latines (“El Buen Galicho”). Mais la jolie Natalia me laisse carrément sans voix lorsqu’elle joue un folk mélancolique ancré dans la tradition saudade (“Jardìn”), avec une douceur à la fois radieuse et déchirante. Voilà une belle ensorceleuse qui a l’audace de mélanger les couleurs et les sons, la nostalgie, les amours, les chagrins, l’exil… Il y a un peu de tout ça dans le blues de Natalia Doco, un hommage délicat et précieux ancré dans la terre de ses ancêtres, avec aussi beaucoup de soleil et de joie.

Hat Fitz & Cara « After The Rain »

Hat Fitz & Cara After The Rain

Voilà un excellent duo que je découvre tardivement car il s’agit déjà de leur quatrième album, le très réussi “After The Rain”. Il n’est jamais trop tard, me direz-vous, pour découvrir de nouvelles têtes captivantes.

Ici on donne dans le bluegrass, un blues minimaliste teinté de gospel et de country. Jouant à fond la carte du retro, Hat Fitz & Cara est un duo à la scène comme à la ville. Lui c’est un bluesman, un vrai, look de barbu à la ZZ Top, guitare et mandoline, un jeu de doigts jouissif et un feeling roots bien comme il faut. Elle, c’est une petite pin-up blonde à la voix soul, chaude et puissante capable de jolis moments de grâce (le très beau “ After The Rain”) et même de beaux rugissements (une belle démonstration de blues sur “Try”), tout en tapant derrière ses fûts avec un certain panache et beaucoup de talent…

Carré Court « N°1 »

Carre Court N°1

Voilà un jeune duo, au charme irrésistiblement vintage, qui propose une pop rétro teintée de soul et de blues 60’s. Originaire de Limoges (qui l’eût cru ?) Carré Court cultive les contradictions avec brio, le sourire au lèvres et le swing dans la peau. Une Baby Doll à la voix de Chatte Sur Un Toit Brûlant, une féline qui aiguise ses griffes sur des riffs impeccablement rétro (le joyeux “Baby You Don’t Mind”), ou quelques notes de piano groovy (le très beau “I Said”).

Teleferik « Lune Electric Tour In Korea »

Teleferik

Rock sans frontière, généreux et spirituel, la musique des parisiens de Teleferik traverse les continents. Après une tournée aux USA, des dates à Dubaï, Eliz et Arno ont posé leurs valises en Corée, cet automne pour une série de dates électriques. En guise de cadeau de Noël, le groupe partage avec nous un petit souvenir de ce beau voyage avec cette jolie vidéo qui montre la rencontre surprenante et touchante de deux univers rassemblés par la joie du rock’n’roll. Un message important par les temps qui courent.

The Pretty Reckless « Who You Selling For »

ThePrettyRecklessWHoYouSellingFor

Pour ceux qui auraient raté le coche, The Pretty Reckless c’est ce super groupe new yorkais dans lequel officie la (très) jolie actrice Taylor Momsen (de Gossip Girl…). Jusqu’ici on flairait le produit marketing à plein nez avec des titres gonflés à bloc dans le rock US gros sabot et une chanteuse glamour avec juste ce qu’il faut de poses badass. Leurs deux premiers albums (“Light Me Up” en 2010, et “Going To Hell” en 2014) m’avaient pour ainsi dire laissé de marbre et j’avais mis de côté ce groupe trop mainstream pour mes oreilles sensibles (et trop guindées).

Deap Vally « Femejism »

Deap Vally

Trois ans après leur débuts furieux (“Sistrionix”), le duo californien revient en force asseoir sa place singulière dans l’échiquier rock’n’roll d’aujourd’hui.
A l’écoute de l’excellent Sistrionix (chroniqué dans ces pages), j’avais peur du one shot. Ces filles là jouaient vite, jouaient bien, le concept était cool (deux nanas en pétard, des riffs bluesy à gogo), super stylé, presque parfait. Heureusement Lindsey Troy et Julie Edwards sont plus malignes qu’on le croyait, et viennent clouer le bec illico presto à tous les cynique du monde entier avec ce nouvel album haut en couleur, bourré de références qu’on adore et porté de bout en bout par un message féministe puissant et libérateur.