SheWolf, 1er Ep

SheWolf Ep chronique

Depuis un an, les quatre filles de SheWolf n’ont pas chômé : un premier titre accrocheur (“Red Moon Slave”), des concerts un peu partout en France et en Angleterre, un passage télé sur Canal +, un clip soigné et maintenant ce premier Ep qui permet d’explorer un peu plus l’univers sombre et hanté de ce jeune groupe 100% féminin.

Les deux premiers titres (déjà entendus sur la démo), permettent d’entrer en matière comme il se doit. “Red Moon Slave”, reste ici leur meilleur atout avec ce mélange acéré de son grunge, bien crade et d’envoûtement psychédélique. La voix charismatique d’Alice (l’atout majeur du groupe), tantôt douce, tantôt rageuse, se shoote à l’émotion. Hyper sensible. Hyper touchante. Voilà une nana qui en a sous le capot et qui n’a pas peur de le montrer.

Teleferik « Lune Electric Tour In Korea »

Teleferik

Rock sans frontière, généreux et spirituel, la musique des parisiens de Teleferik traverse les continents. Après une tournée aux USA, des dates à Dubaï, Eliz et Arno ont posé leurs valises en Corée, cet automne pour une série de dates électriques. En guise de cadeau de Noël, le groupe partage avec nous un petit souvenir de ce beau voyage avec cette jolie vidéo qui montre la rencontre surprenante et touchante de deux univers rassemblés par la joie du rock’n’roll. Un message important par les temps qui courent.

SheWolf « Red Moon Slave »

SheWolf groupe

Voilà un groupe que je suis depuis ses premiers balbutiements et dont je vous parlais déjà il y a quelques mois. Les parisiennes de SheWolf présentaient alors leur première démo, qui malgré la jeunesse du projet et quelques soucis de mise en place, proposait déjà un univers singulier, une pied plongé dans le grunge féministe façon Babes In Toyland et l’autre fuyant dans des contrées plus psychédéliques, le tout saupoudrée d’un pincée de pop 90’s (Breeders, Veruca Salt, Elastica…). Huit mois plus tard, les filles n’ont pas chômé: elles ont enchaîné les dates et travaillé d’arrache pied pour mieux affiner leur son (et leur image, époque oblige…).

Klink Clock « Kids »


On avait laissé les deux amoureux de Klink Clock il y a trois ans, en pleine tournée euphorique (1ère partie d’Indochine, des Zéniths plein à craquer…), bien galvanisés par la sortie d’un premier album à l’esprit punk, charnel et sauvage, le bien nommé “We Don’t Have The Time To Do Love All The Time”. Depuis, Jennie et Aurélien ont continué de tracer leur route au pays du rock’n’roll made in France, sans céder au chant des sirènes ni renier leurs racines bien underground. Et c’est déjà la première bonne nouvelle de ce nouvel Ep.