Klô Pelgag – L’Etoile Thoracique

Klo Pelgag l'étoile thoracique

Une fois n’est pas coutume, c’est une jeune artiste québécoise que je vous présente aujourd’hui. Klô Pelgag, de son vrai nom Chloé Pelletier Gagnon, navigue dans les eaux enchanteresses d’une pop baroque, poétique et barrée grâce à ce nouvel album “L’étoile Thoracique”. Avec une aisance déconcertante et une folle ingénuosité, Klô la maline, emprunte tout ce qu’il y a de plus noble à la chanson française (la poésie nonchalante, la liberté de ton, la beauté des mots…) pour s’aventurer vers des contrées plus sinueuses, au pays de l’absurde, sur un terrain à la fois littéraire (on pense à Ionesco, Beckett, ou même Boris Vian) et extrêmement musical.

Les arrangements sont riches, foisonnants, luxuriants, remplis de cordes, de souffle, de bruits ; les voix au lyrisme débridé s’entremêlent dans un désordre charmant mais jamais charmeur (“Les Animaux”). Car Klô Pelgag réfute haut et fort toute forme d’esthétisme forcé. Elle refuse le beau, le joli, le trop poli. Si certains titres de cette drôle d’Etoile Thoracique sont plus évidents que d’autres (“Samedi Soir à la Violence” belle introduction, l’excellent “Ferrofluides-Fleurs”, ou le Kate Bushien « Au Bonheur d’Edelweiss« ), ils n’en restent pas moins étranges et assez captivants, loin des mièvreries ambiantes qui ont le vent en poupe dans la chanson française d’aujourd’hui. Ici le voyage est plus dangereux, le chemin quelque peu incertain (“Insomnie”).

Composée, décomposée, Klô Pelgag casse les codes mais sans jamais nous casser la tête. Certains la comparent à Brigitte Fontaine. Personnellement, cette femme me donne la migraine… D’autres la rapprochent des élucubrations vocales de Camille… Mais dans le genre, Klô Pelgag va bien plus loin. J’irais plutôt voir du côté de Brian Eno (en solo) pour les expériences luxuriantes et désarçonnantes, cette façon assez unique de réunir le ciel et la terre, le cérébral et le charnel. Cette voix à la fois distante, perchée mais sensible et son instrumentation à la fois fluide et déstructurée.

Entre délire symphonique et balade lunaire, la prose fougueuse et improbable de Klô Pelgag déroute, séduit et offre un souffle nouveau à une chanson française plombée depuis trop longtemps par sa propre caricature.

Klô Pelgag L’Etoile Thoracique, Zamora © 2017, sortie le 03/02/2017
En concert le 8 Février au Café de la Danse à Paris.

Si vous avez aimé, pourquoi ne pas partager... Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire