SheWolf, 1er Ep

SheWolf Ep chronique

Depuis un an, les quatre filles de SheWolf n’ont pas chômé : un premier titre accrocheur (“Red Moon Slave”), des concerts un peu partout en France et en Angleterre, un passage télé sur Canal +, un clip soigné et maintenant ce premier Ep qui permet d’explorer un peu plus l’univers sombre et hanté de ce jeune groupe 100% féminin.

Les deux premiers titres (déjà entendus sur la démo), permettent d’entrer en matière comme il se doit. “Red Moon Slave”, reste ici leur meilleur atout avec ce mélange acéré de son grunge, bien crade et d’envoûtement psychédélique. La voix charismatique d’Alice (l’atout majeur du groupe), tantôt douce, tantôt rageuse, se shoote à l’émotion. Hyper sensible. Hyper touchante. Voilà une nana qui en a sous le capot et qui n’a pas peur de le montrer.

Carré Court « N°1 »

Carre Court N°1

Voilà un jeune duo, au charme irrésistiblement vintage, qui propose une pop rétro teintée de soul et de blues 60’s. Originaire de Limoges (qui l’eût cru ?) Carré Court cultive les contradictions avec brio, le sourire au lèvres et le swing dans la peau. Une Baby Doll à la voix de Chatte Sur Un Toit Brûlant, une féline qui aiguise ses griffes sur des riffs impeccablement rétro (le joyeux “Baby You Don’t Mind”), ou quelques notes de piano groovy (le très beau “I Said”).

Klô Pelgag – L’Etoile Thoracique

Klo Pelgag l'étoile thoracique

Une fois n’est pas coutume, c’est une jeune artiste québécoise que je vous présente aujourd’hui. Klô Pelgag, de son vrai nom Chloé Pelletier Gagnon, navigue dans les eaux enchanteresses d’une pop baroque, poétique et barrée grâce à ce nouvel album “L’étoile Thoracique”. Avec une aisance déconcertante et une folle ingénuosité, Klô la maline, emprunte tout ce qu’il y a de plus noble à la chanson française (la poésie nonchalante, la liberté de ton, la beauté des mots…) pour s’aventurer vers des contrées plus sinueuses, au pays de l’absurde, sur un terrain à la fois littéraire (on pense à Ionesco, Beckett, ou même Boris Vian) et extrêmement musical.

Mélanie Pain « Parachute »

Melanie Pain Parachute

Vous connaissez sans doute le joli brin de voix de Mélanie Pain, croisée avec plaisir sur le projet français Nouvelle Vague, qui reprend avec chic les succès New Wave en version bossa nova sensuel et décalé. De l’easy listening bien entendu, taillé sur mesure pour les soirées parisiennes mais qui a le mérite d’être extrêmement bien exécuté et d’avoir permis de mettre en lumière de très jolies voix féminines dont Phoebe Killdeer, Marina Celeste et donc Mélanie Pain.

The Pretty Reckless « Who You Selling For »

ThePrettyRecklessWHoYouSellingFor

Pour ceux qui auraient raté le coche, The Pretty Reckless c’est ce super groupe new yorkais dans lequel officie la (très) jolie actrice Taylor Momsen (de Gossip Girl…). Jusqu’ici on flairait le produit marketing à plein nez avec des titres gonflés à bloc dans le rock US gros sabot et une chanteuse glamour avec juste ce qu’il faut de poses badass. Leurs deux premiers albums (“Light Me Up” en 2010, et “Going To Hell” en 2014) m’avaient pour ainsi dire laissé de marbre et j’avais mis de côté ce groupe trop mainstream pour mes oreilles sensibles (et trop guindées).

So Was The Sun « Plastic Gun Fight »

So Was The Sun

Depuis six ans maintenant, le trio parisien So Was The Sun, mené par Palem poursuit son chemin sur la route semée d’embuche du rock’n’roll en France, avec une sincérité et une énergie jamais démentie. Bien dans ses baskets, à l’aise avec son style et ses influences, Palem, en bon enfant des 90’s, continue d’assumer ses compositions de l’ère post-grunge entre stoner rageur et lyrisme pop anglais. Et c’est plutôt réconfortant, tant on voit souvent les groupes valser au gré des modes et des saisons, certains ne résistant à l’appel des sirènes… Malgré des changements de line-up à répétition, So Was The Sun n’a pas changé de cap. Palem tient la barre envers et contre tout et à l’écoute de ce nouvel Ep “Plastic Gun Fight”, il se bonifie même avec le temps.