L.A. Girls#6 : Massenger, rock’n’roll garage from Ventura CA

Toujours en pleine ébullition, la nouvelle scène féminine californienne n’a pas fini de nous dévoiler ses petits trésors cachés. Soutenu par l’excellent label Burger Records, qui distribue (en cassette!) la plupart des meilleurs groupes indés de la région, Massenger, quatuor originaire de la jolie ville de Ventura, située au nord de L.A, casse la baraque avec un son garage ultra pop aux accents de surf. Mené par une riot grrl déchainée (Sasha Green) dont la voix fait souvent penser à Kathleen Hanna, le groupe a déjà sorti un album en 2012, mais surtout deux derniers Ep plus aboutis et carrément emballant.

Klink Clock « We Don’t Have The Time To Do Love All The Time »…

Voilà un duo attachant et singulier qui semble avoir compris qu’en ces temps où le rock n’roll tend à se transformer en un sombre musée, il était bien vu de revenir à l’essentiel. De la rage, du sexe, de l’énergie, un peu d’inventivité et le tour est joué. Pas plus compliqué que ça finalement de faire sonner des morceaux minimalistes bluesy et crasseux. Une bonne Gretsch rocailleuse (Aurélien), une demi batterie jouée debout façon Moe Tucker (Jennie) et une voix sexy et nonchalante qui a le bon goût d’être mal élevée. Un genre de mélange incesteux entre VV, Courtney Love et un soupçon de Kim Gordon («Siamois », « Rhythm »)…

De temps à autre, les rôles s’échangent et le guitariste passe au chant, ça sature, ça fait le job, mais c’est un poil moins palpitant qu’avec son acolyte féminin. Malgré tout la formule fonctionne à ravir tout au long de ces 9 titres qui savent faire durer le plaisir en variant les positions.

Hoboken Division: dirty garage from Nancy…

Comme les Kills, Hoboken Division affectionne le rock crasseux, hérité des Stooges et du vieux blues de John Lee Hooker. Comme les Kills, Hoboken Division est un duo suave et salement sexy. Comme les Kills, Hoboken Division n’aime pas les batteurs (ou préfère rester en couple!) et joue avec le feu d’une boîte à rythme (ça passe ou ça casse, mais dans leur cas, ça passe plutôt bien). Bref, Marie et Mathieu d’Hoboken Division sont presque comme VV et Hotel. Ils ont presque tout compris à l’affaire du rock’n’roll.