Bully et le come back des 90’s

Ça fait presque un drôle d’effet. Comme un goût amer. Bon, c’était marrant au début. Soundgarden se reformait, sortait un disque inégal mais écoutable (“King Animal” en 2012), Hole (ou ce qu’il en reste, soit une Courtney pas toujours bien lunée), avait également tenté le coup en 2010 avec le sur-produit “Nobody’s Daughter”, un disque malheureusement assez médiocre malgré quelques fulgurances (“Pacific Cost Highway”, “Never Go Hungry”). Bref rien de mémorable qui vaillent vraiment la peine de salir notre souvenir juvénile. Et voilà que c’est repartie.

White Lung « Deep Fantasy »

C’est quand même pas tous les jours qu’un label aussi trendy que Domino (The Kills, Anna Calvi, Clinic, Franz Ferdinand entre autres…) s’intéresse à un groupe aussi radical que White Lung, combo ultra punk canadien sans concession. La faute sans doute à la caution féminine de l’affaire (trois filles et un garçon aux manettes) dont une front woman obsédée (ou possédée) par Courtney Love période Pretty On The Inside. Car même dans l’éthique punk, de jolis minois, c’est tout de même plus vendeur qu’une bande de gars mal rasés suintant la bière. On en est là. Ou presque.

The Courtney’s : riot grrls from Vancouver

Direction Vancouver cette semaine avec la découverte fortuite des bien nommées Courtney’s, trio de riot grrls canadien fun et insouciant, qui sonne comme un très bon groupe des 90’s, Sleater Kinney meets Bikini Kill and sisters, enfin vous voyez le topo. Guitares noise à la Sonic Youth, voix de teen-agers insolentes, des morceaux charmants et rafraichissant, aux lyrics vraiment marrants qui sonnent pareil qu’en 1995 (« 90210 » , « Lost Boys »).

The Julie Ruin « Run Fast » ou le come back de Kathleen Hanna…

On était sans nouvelle discographique de Kathleen Hanna depuis déjà presque 8 ans. Même si pas mal d’événements heureux ou malheureux (son combat contre la maladie de Lyme diagnostiquée en 2005, son mariage avec Adam Horvitz des Beastie Boys en 2006) ont parsemé ces années pas toujours roses, on était plus qu’heureux d’apprendre que la leadeuse des cultissimes Bikini Kill (puis Le Tigre) n’avait pas raccroché son costume de riot grrrl pour autant.