Bloodthirsty Hippies, cold and sexy psychedelic post punk !

Une grosse claque. Un soir, en rentrant chez moi, je mets dans ma platine le disque des Bloodthirsty Hippies, excellent groupe découvert complètement par hasard sur Myspace et là, le choc. J’avais déjà apprécié la première écoute des Mp3 disponibles gratuitement sur leur site, mais cette seconde lecture fut plus que révélatrice. Navigant entre Paris et Londres, ces hippies là sont impressionnant de maîtrise et de maturité (c’est leur 1er EP!). Six titres riches, complexes, et inspirés. Servi par une production impeccable, osée et vraiment inventive (Il est rare d’entendre un travail du son aussi abouti chez un groupe autoproduit) le groupe délivre des morceaux étincelants, aux influences larges et revendiqués. De lointains échos de Siouxie, Alison Mosshart ou Natasha Khan dans la voix rugissante de Lia, aussi charismatique qu’envoûtante, qui s’occupe aussi des claviers, donnant ainsi une petite note électro, d’une élégance folle, aux sons post-punk psyché du groupe. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Les Bloodthirsty Hippies ont dévoré le punk 70’s, la new wave 80’s, le garage 60’s, la noise 90’s et le psychédélisme malade pour nous recracher un brûlot post punk noise psyché (appelez ça comme vous voulez) complètement exubérant. Dès le premier morceau, l’excellent « Heartwire », tout est là: batterie disco, voix inquiétante (mélange de la reine des Banshees et de Kathleen Hanna), guitares ingénieuses, aux petites mélodies sinueuses imparables, basse obsédante. On reste scotché. Et c’est loin de s’arrêter là. « Machine Gun Love » enfonce le clou. Gros riff de guitare, double pédale. Une belle démonstration de comment un groupe cultivé parvient à s’inspirer autant de Gang Of Four que de Slayer avec une classe folle assez inédite. Puis « Organic » démarre, comme un bon vieux morceau punk à l’ancienne (Max, le batteur est réellement excellent), ça s’emballe, ça bourine, ça détruit tout sur son passage et c’est toujours aussi inquiétant. Sur « Boredom Song » les Hippies calment un peu le jeu. C’est en effet le moment idéal pour une petite balade malsaine qui permet à Lia de nous montrer tout l’étendu de son talent (au clavier et au chant). Et c’est peut être mon morceau préféré. Cette « Boredom Song » sonne comme un mélange affolant entre New Order et Elysian Fields, à la fois tendre, sensuel, malade, et complètement obsédant. Le final donne des frissons et on regrette qu’il s’arrête aussi brutalement. Mais on comprend très vite avec l’enchainement de « Soma », morceau instrumental sanglant et oppressant, presque proche de l’indus de Nine In Nails (après un morceau aussi sublime et délicat que « Boredom », c’est bien vu). Puis « Soma » s’enchaine à la perfection avec « Gnetic » final, ultra violent, sans compromis où Lia rugie des incantations désespérées, soutenue par des guitares effrayantes et une session rythmique qui dégomme tout sur son passage.

Au final, je suis restée béate d’admiration devant tant de maîtrise et d’émotion. Voilà des morceaux incroyables et sublimes qui ne demandent qu’à être exploré en live, exercice dans lequel, ces quatres hippies là doivent sans nulle doute exceller! Pour ma part le rendez vous est pris pour le 30 septembre au Klub. (d’autres concerts sont prévu avant cette date parisienne, mais en Angleterre..)

Si vous avez aimé, pourquoi ne pas partager... Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

2 Commentaires

  1. Merci encore pour cette super chronique!
    L'album est en téléchargement gratuit ici:
    http://www.jamendo.com/en/album/63211

    On rentre en studio fin Mai pour enregistrer un nouvel EP, plus abouti, avec les côtés Electro et Pysché encore plus poussés.

    ++

  2. ah, c'est une super nouvelle ça!
    Bravo à vous en tout cas
    ++

Laisser un commentaire