Retour sur le Salon Massilia Vintage de Cagnes sur Mer

Petit coup de projecteur sur un évènement qui a lieu depuis 16 ans sur la Côte d’Azur : le salon Massilia Vintage. La preuve que la culture rock a aussi sa place dans cette magnifique région, loin des clichés et des aprioris qui poursuivent encore la French Riviera. Le bel et vaste hippodrome de Cagnes sur Mer accueille chaque année cet évènement qui rassemble les amoureux de la culture vintage, (et plus particulièrement rock’n’roll 50’s), avec au programme des stands de fringues rétro (friperies, créateurs de la région ou distributeurs de marques vintage), des accessoires, bibelots, vinyls, jukebox, affiches de cinéma collectors… Bref un petit coin de paradis pour les aficionados (comme moi !) de la culture 50’s, 60’s. Bon je précise “petit” car les amis, bien sûr, on est pas à la Porte de Versailles à Paris, et le salon compte à peine 70 stands, mais c’est plutôt positif car l’événement conserve ainsi une atmosphère chaleureuse et très familiale.

Carré Court « N°1 »

Carre Court N°1

Voilà un jeune duo, au charme irrésistiblement vintage, qui propose une pop rétro teintée de soul et de blues 60’s. Originaire de Limoges (qui l’eût cru ?) Carré Court cultive les contradictions avec brio, le sourire au lèvres et le swing dans la peau. Une Baby Doll à la voix de Chatte Sur Un Toit Brûlant, une féline qui aiguise ses griffes sur des riffs impeccablement rétro (le joyeux “Baby You Don’t Mind”), ou quelques notes de piano groovy (le très beau “I Said”).

L.A Girls #2: Bleached + The Aquadolls, fun, beach & rock’n roll…

Deuxième épisode de ma petite série de l’hiver consacrée à la nouvelle scène féminine californienne. Cette semaine, je vous emmène sous le soleil des plages de Los Angeles, avec la vague des filles rétro. Ici le programme est simple, fun, beach & rock’n’roll. Il n’y a qu’à suivre le sourire espiègle de ces sirènes de L.A restées coincé dans les 60’s. Le concept est simple, beaucoup de surf, un brin de punk, le tout passé à la moulinette pop girls band sixties. Effet rétro garantie, et c’est souvent tellement charmant qu’on peut difficilement résister…

Interview d’Eugénie Alquezar, chanteuse de Parlor Snakes

Découvert par hasard cet été, le groupe de rock garage parisien Parlor Snakes monopolise depuis ma platine avec leur très bel album « Let’s Get Gone », que j’ai déjà évoqué dans ces pages. Hypnotique, sauvage et cultivé, « Let’s Get Gone » propose en effet un voyage cinématographique au coeur de l’Amérique déjantée et de ses idoles rock’n’roll, au cours duquel on croise les fantômes de Debbie Harry, Jeffrey Lee Pierce, Roy Orbison ou John Lee Hooker…

Frankie Rose And The Outs: dream pop rétro

Après avoir fait ses armes, au sein de la scène lo-fi noise de New York, dans trois excellents groupes, plutôt bien vus (Crystal Stilts, les très branchés Dum Dum Girls, et mes chouchoutes, les Vivian Girls), Frankie Rose (jolie batteuse) a délaissé ses fûts et décidé de monter son propre girls band. Dans la lignée noisy/shoegaze des Vivian (mais en plus catchy), Miss Rose prend donc le pouvoir derrière le micro, avec de jolis morceaux rêveurs (esprit dream pop) bourrés d’harmonies vocales féminines et de réverb’ de guitares fuzz.