Playlist #September 2016

Girl With vinyl

Voici les dix morceaux que j’ai sélectionné pour vous en ce mois difficile de rentrée des classes. Je sais, je sais, le retour à la réalité n’est pas toujours facile… Allez, pour vous consoler, je vous propose de rester un peu au soleil avec moi et de faire le plein de rock’n’roll sur cette playlist, avec ces filles tour à tour pétulantes, explosives et chavirantes…

Parlor Snakes en interview : New York, Paris, Eugénie & le rock’n’roll…

90%

Quatre ans ont passé depuis ma première entrevue avec la belle Eugénie, front-woman de velours du groupe de rock parisien Parlor Snakes. Quatre ans après un premier album charnel et inspiré (« Let’s Get Gone ») sorte de road trip lanscinant au pays du Gun Club, Roy Orbison et Blondie. Parlor Snakes a tourné sans relâche, mûrit son approche, travaillé son image sans jamais perdre l’essence de son rock’n’roll élégant, sensuel et envoûtant.
Quatre ans plus tard, je retrouve donc avec plaisir, Eugénie toujours aussi généreuse et sincère, qui nous dévoile les coulisses de l’enregistrement du disque à New York, une histoire de belles rencontres…

Nouveau clip des Cute Kitten Eaters!


Découvert il y a plus de deux ans avec leur excellent premier Ep « Doubleplusgood is Slavery », qui réussissait le pari de marier avec pas mal d’élégance et beaucoup de talent, indus, grunge et coldwave, le quatuor rennais Cute Kitten Eaters poursuit sa route en publiant ces jours ci un clip bien dark et inquiétant, réalisé par Roxane Sigre, « Sleeper », dans lequel on retrouve Ron Kring (Eosine) en princesse/sorcière cauchemardesque, hantée par un serial killer/lover qui tient autant de Freddy Krueger que d’Edward aux Mains d’Argent. Bref ça flirte avec l’univers de Tim Burton, Wes Craven, De Palma et Tobe Hooper et ça colle plutôt bien avec celui des Cute Kitten Eaters. Le titre est bien envoûtant, entre Queen Adreena, Siouxsie et Nine Inch Nails, et la voix d’Eosine, toujours aussi planante, sorte de Kat Bjelland gothique.

Widowspeak: dream pop & ghosts…

Au départ il y a ce titre « Puritan » qui débute comme un morceau caché de Mazzy Star (la douce voix de Molly Hamilton, chanteuse du groupe, s’inspirant outrageusement de la belle Hope Sandoval), mais s’achève en une très belle bluette pop. La suite ne déçoit pas. Originaire de Brooklyn, le trio Widowspeak ballade, sur son premier album éponyme, sa mélancolie nonchalante à travers des morceaux rêveurs qui rappellent les bons moments de la scène dream pop des 90’s.

Frankie Rose And The Outs: dream pop rétro

Après avoir fait ses armes, au sein de la scène lo-fi noise de New York, dans trois excellents groupes, plutôt bien vus (Crystal Stilts, les très branchés Dum Dum Girls, et mes chouchoutes, les Vivian Girls), Frankie Rose (jolie batteuse) a délaissé ses fûts et décidé de monter son propre girls band. Dans la lignée noisy/shoegaze des Vivian (mais en plus catchy), Miss Rose prend donc le pouvoir derrière le micro, avec de jolis morceaux rêveurs (esprit dream pop) bourrés d’harmonies vocales féminines et de réverb’ de guitares fuzz.