Klink Clock « Kids »


On avait laissé les deux amoureux de Klink Clock il y a trois ans, en pleine tournée euphorique (1ère partie d’Indochine, des Zéniths plein à craquer…), bien galvanisés par la sortie d’un premier album à l’esprit punk, charnel et sauvage, le bien nommé “We Don’t Have The Time To Do Love All The Time”. Depuis, Jennie et Aurélien ont continué de tracer leur route au pays du rock’n’roll made in France, sans céder au chant des sirènes ni renier leurs racines bien underground. Et c’est déjà la première bonne nouvelle de ce nouvel Ep.

Rawdog « Blurred »

Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais de Sheeduz, trio rock 100 % féminin qui oeuvra sur la scène parisienne de 2004 à 2011 et qui défendait à l’époque une esthétique élégante entre rage et tendresse, porté par une chanteuse bluffante et une batteuse brutale et sauvage que l’on retrouve ici dans son nouveau projet.
Difficile donc d’écouter Rawdog sans penser à Sheeduz et au fait qu’on aurait bien aimé être témoin de la suite de leur aventure musicale. Ceci étant, on retrouve quand même avec plaisir la frappe incisive d’Audrey, pas forcément mise en valeur par une production rudimentaire. Et c’est un peu là que le bât blesse.

Klink Clock « We Don’t Have The Time To Do Love All The Time »…

Voilà un duo attachant et singulier qui semble avoir compris qu’en ces temps où le rock n’roll tend à se transformer en un sombre musée, il était bien vu de revenir à l’essentiel. De la rage, du sexe, de l’énergie, un peu d’inventivité et le tour est joué. Pas plus compliqué que ça finalement de faire sonner des morceaux minimalistes bluesy et crasseux. Une bonne Gretsch rocailleuse (Aurélien), une demi batterie jouée debout façon Moe Tucker (Jennie) et une voix sexy et nonchalante qui a le bon goût d’être mal élevée. Un genre de mélange incesteux entre VV, Courtney Love et un soupçon de Kim Gordon («Siamois », « Rhythm »)…

De temps à autre, les rôles s’échangent et le guitariste passe au chant, ça sature, ça fait le job, mais c’est un poil moins palpitant qu’avec son acolyte féminin. Malgré tout la formule fonctionne à ravir tout au long de ces 9 titres qui savent faire durer le plaisir en variant les positions.