Voodoo Kills, EP

Voodoo Kills review Ep Marine Craven, LA Band, rock'n'roll Hollywood

Dès le départ le ton est donné: “I came down to burn this town / I came down to make it mine” scande Marine de sa voix éraillée, en vraie sale gosse du rock’n’roll. Sans détour, sans compromis, la petite française poursuit son rêve américain sur la côte californienne. Installée à Hollywood depuis maintenant quatre ans, Marine n’a pas lâché l’affaire, loin de là. Toujours prête à rugir et à délivrer comme il se doit un rock’n’roll heavy, dans la pure tradition du Sunset Strip.

Mais qu’est-il arrivé à Brody Dalle ?

Il fut un temps où Brody avait la classe. Icône punk des teigneux Distillers, c’était un peu la petite soeur cachée de Courtney Love. Avec cette voix de tigresse débraillée, passée sous le rouleau compresseur de la dope et l’alcool, en l’espace de trois albums brillants joués à cent à l’heure par une bande de californiens musclés, elle nous avait montré à quel point le rock peut être brûlant lorsqu’il est interprété par une fille qui en a sous le pantalon.

The Black Stout: punk’n’roll from Paris…

Puisque Brody Dalle a délaissé la cause du rock’n’roll au profit de la vie de jeune maman (pas moins mouvementée…j’en connais un rayon!), il faut bien que certaines d’entre nous se décident à prendre la relève au rayon punk. C’est visiblement ce qu’a entrepris de faire Vaness’ et ses bad boys de Black Stout: voix hargneuse de harpie punk, guitares nerveuses et rythmiques déchaînées (un sacré cogneur derrière les fûts!), les Black Stout ne font pas dans la dentelle et nous le font bien savoir.

La grossesse, le rock’n’roll, et moi…

Brody Dalle et moi avons pas mal de choses en commun. Outre notre patronyme sympathique, nous étions toutes deux enceinte à la même période, elle, sous le soleil de L.A (ouche…!), moi sous la grisaille de Paris. Neuf mois et quelques kilos plus tard Brody a accouché à peine quelques jours avant moi d’un joli petit rouquin nommé Orrin Ryder Homme (pour ceux qui auraient oublié, Brody est accessoirement Mme Josh Homme). Comme les temps changent et que, sans se connaître, on peut presque tout savoir sur son voisin, j’ai donc suivi avec amusement nos grossesses simultanées via son twitter. Ainsi, tandis qu’elle assistait aux enregistrements de son Homme de mari (en plein désert à 6 mois de grossesse…), je partais enregistrer un disque au Black Box avec mon groupe…