Live Report Hole @ Bataclan 25-08-10

© Rod – Le HibOO

Alors oui. Bien sûr. Hole ce n’est plus ce que c’était. Oui. Bien sûr, il ne reste de Hole, que le nom, et le charisme déjanté de sa leadeuse. Oui bien sûr, Courtney Love est critiquable. Oui, bien sûr, Miss World Grunge n’a pas fait que des chefs d’oeuvre, loin de là. Oui, bien sûr, « Nobody’s Daughter », malgré quelques bons titres, n’est pas l’album de la rédemption que l’on espérait. Oui bien sûr, Kurt Cobain, Frances Bean… Oui, oui, je sais tout cela. Mais malgré tout, j’ai quand même raqué 45 euros(!) pour aller applaudir l’idole de mon adolescence de rebel girl. Et oui les amis, on ne se refait pas…

Live Report Ruby Throat+John Parish@Batofar 20-07-10

Telle une sirène échouée sur un rivage inconnu, Katie Jane Garside débarque sur la petite scène du Batofar, fidèle à sa légende de diva évanescente, dérangeante et fascinante, l’air hagard, les yeux cernés, cachés sous de grosses lunettes de soleil, le teint blafard et vêtue d’une robe de cendrillon en haillon.

Accompagnée de son guitariste, l’excellent Chris Whittingham, la queen des Riot Grrrl (Queen Adreena, Daisy Chainsaw)

Live Report Holly Miranda+Chris Garneau@Nouveau Casino 19-07-10

C’est un Nouveau Casino bouillant et plein à craquer qui accueille religieusement Chris Garneau , jeune songwriter new-yorkais au français impeccable. Débutant le concert seul, armé de sa voix fragile, et de son clavier minimaliste, Chris Garneau, allure gracile et gueule d’ange, met immédiatement le public dans sa poche. On entend pas une mouche voler lors de ce set soigné, précieux et délicat. Le public semble médusé par le charisme androgyne de ce chérubin timide à la voix enfantine. Dans le style, (pop folk baroque tendance Elliot Smith/Antony and The Johnsons),

Live Report Kiusa+ Shuunt @ Dame De Canton- 8 juillet 2010

C’est sur les quais de Seine, à bord de la Dame De Canton, que j’embarque, en ce début d’été parisien, pour découvrir en live, le groupe Kiusa , dont les titres originaux en écoute sur Myspace, m’avaient vraiment interpellé. Ce n’est, en effet, pas tous les jours que l’on découvre, avec plaisir, un groupe qui sort un peu des sentiers battus du paysage, plutôt morose, du rock actuel, en proposant des structures inédites et des morceaux vraiment originaux.

Et c’est une sacrée découverte que ce joli quintet parisien, singulier et atypique.

Live Report Bloodthirsty Hippies+ So Was The Sun+ Long John Silver @ Gambetta Club, 30 juin 2010

img src= »http://lh3.ggpht.com/_EO9vqlSi6v4/TCz3FPlangI/AAAAAAAABi0/a-Khy0WcyCA/s720/_DSC0222.jpg » width= »90% » />

Dernier jour du mois de juin suffoquant. Rendez-vous au Gambetta, petit « club » à l’atmosphère singulière, à deux pas de la Flèche d’Or, pour découvrir, en live, un groupe assez incroyable, dont le premier Ep m’avait vraiment impressionné: les Bloodthirsty Hippies.

La soirée commence tout en douceur avec Long John Silver , duo guitare voix, folk rock, tendance cowboy du désert, plutôt bien senti. Les premiers morceaux sonnent justes, dans le genre, on sent bien l’influence Neil Young, Elliott Smith, Mark Lanegan…

Live Report, Scanners + Frigo @ Point Ephémère, le 27 Mai

C’est par un jeudi triste et pluvieux que je me rends (avec joie) au Point Ephèmere, découvrir en live « la » révélation british du moment, Scanners, qui joue, ce soir là, dans une soirée organisée par l’association PopInGays.

Le public met du temps à arriver (et à se réveiller), et les très austères Frigo (un nom qui leur va comme un gant) ouvrent le bal. Un trio français qui joue un rock glacial, distant et hautain, hérité de l’école new wave de Depeche Mode, Cure ou New Order, avec un petit côté « indie » actuel, style M83 ou Interpol. Malheureusement, Frigo, qui semble avoir pourtant bien emballé la presse rock parisienne, et roulé pas mal sa bosse sur des concerts intéressants (1ère partie d’Interpol, As Dragon, Chokebore…),