Hommage à Poly Styrene (1957-2011)

C’est avec une grande tristesse que l’on apprenait, le 25 avril dernier, la mort de la reine du punk, Poly Styrene des suites d’un cancer du sein. Figure féministe emblématique de la scène punk britannique, pionnière du mouvement riot grrl, l’ancienne chanteuse du groupe X Ray Spex, dont l’album « Germ Free Adolescents », est aujourd’hui considéré comme un classique du genre, a marqué toute une génération de rebel girls, dont l’influence et l’aura demeurent intactes au long des années.

Poly, de son vrai nom Marianne Joan Elliot-Said, a grandi à Londres, dans le quartier de Brixton, élevée seule par sa mère. A 15 ans, elle s’enfuit de chez elle avec 3 livres en poches, pour courir les concerts et les festivals. La légende veut qu’après avoir assisté à l’un des tout premiers concerts des Sex Pistols à Hastings, elle fut si impressionné par la rage et la folie des furieux du punk qu’elle décida de monter son propre groupe. En posant une petite annonce dans un magazine, elle recrute donc Jak Airport à la guitare, Paul Dean à la basse, BP Hurding à la batterie et Lora Logic au saxophone, pour former X Ray Spex. Le groupe fait rapidement parler de lui et enchaine les concerts, attirant ainsi l’attention des labels. En 1977, X Ray Spex enregistre donc son hymne, le génial « Oh Bondage Up Yours! », un single devenu complètement culte, véritable manifeste du mouvement riot grrl (avec 15 ans d’avance!), qui s’ouvre sur un discours proto-grrrl scandé par Poly: « Some People think little girls should be seen and not heard-well I think, oh bondage, up yours! ».

En 1978, le groupe, signé chez Awesome Records (Virgin), enregistre son premier album, manifeste anti consumériste, dans lequel Poly crie, miaule, piaille, sous les riffs punk de Jack Airport et les intrusions surréalistes du saxophone de Rudi Thomson (instrument pour le moins inattendu dans un groupe de punk, mais qui fait toute la singularité du combo). Au côté des Slits de Ari Up, Poly Styrene, à travers ses morceaux virulents, plein de rage, d’ironie et d’urgence, place donc les filles au centre de la cause punk, et devient ainsi l’une des figures les plus emblématiques du mouvement. Aujourd’hui encore, l’album n’a pas pris une ride, et les morceaux précurseurs et furieux de Poly Styrene, sont toujours aussi riches et poignants. Finalement loin des clichés du genre (« I am A Cliche »), toute l’intelligence de Poly et ses potes est d’avoir su élargir le spectre réducteur du punk, en injectant quelques doses de reggae (« Germ Free Adolescents »), de rock’n’roll (« Art-I-Ficial ») ou de jazz déglingué dans leurs compos sauvages, qui 33 ans plus tard, se révèlent toujours aussi fascinantes.

Avec son look anti conformiste, sa voix de teenager hystérique et ses mémorables prestations scéniques, Poly a donc marqué toute une génération. Un peu plus tard, épuisée par les tournées, elle quitta le groupe et X Ray Spex splita inévitablement.

Elle enregistra par la suite, plusieurs albums solos, pas forcément mémorables (« Translucence » en 1980, « Flower Aeroplane » en 2004, et « Generation Indigo » en 2010), et devint, parallèlement à sa carrière musicale, une fervente adepte du mouvement Hare Krishna, qu’elle intégra dès 1983, en vivant au temple Bhaktivedanta, implanté au coeur de la campagne anglaise. Toute sa vie, Poly dut se battre contre ses démons (dès 1978, les médecins diagnostiquent chez elle des troubles du comportement et une schizophrénie), mais jamais cela ne l’empêcha de poursuivre une carrière riche, intelligente et une vie familiale épanouie. En 2008, dans une interview accordée à The Independant, elle se décrivit ainsi:  » I am an observer, not a suffering artist writing from tortured experiences. I was playing with words and ideas. Having a laugh about everything, sending it up. »

De Kathleen Hannah, en passant par Courtney Love ou Beth Ditto, toutes revendiquent l’influence majeure de Poly Styrene, pionnière du mouvement riot, féministe engagée, artiste anti conformiste, dont le chef d’oeuvre « GermFree Adolescents », restera à jamais gravé dans l’histoire du rock.

Rest in peace rebel girl.

Si vous avez aimé, pourquoi ne pas partager... Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

3 Commentaires

  1. salut!
    tiens je ne sais pas si tu connais le groupe New Model Army (groupe que je suis depuis 1990)et bien ils ont fait un hommage à Poly Styrene en reprenant un titre de X-Ray Spex.
    tu peux voir la video via ce lien :)

  2. Cool la reprise! merci pour le lien. Je savais pas que New Model Army tournait encore…

  3. et si…… ;) je suis moi meme surprise de les suivre encore je t’avoue. Quand j’avais 18 ans j’etais loin de penser que nma existerait encore..

    ils ont fété leur 30 d’existence l’année dernière en faisant deux concerts de suite (avec setlist totalement differentes chaque soir) dans chaque ville en Europe (pour l’instant). Dont deux au trabendo qui etaient complet :)

    ils passeront à un festival en Bretagne en aout Motocultor festival. voila :)

    repose toi bien. ;)

    ps: un groupe a decouvrir (si ce n’est deja fait) que j’ai vu au forum de vaureal et qui s’appelle Triggerfinger. Groupe belge que je ne connaissais absolument pas. En live c’est absolument genial. Un pur Power Trio. Melange blues/grunge/rock.
    a+

Laisser un commentaire