Jesus Is My Girlfriend, post punk sauvage et minimaliste

Bon allez, je l’avoue, c’est d’abord leur nom de groupe, pas banal et amusant, qui a retenu mon attention, et m’a incité à cliquer sur leur page myspace. Mais en ces temps modernes, surchargés de groupes en tous genres, il faut bien parvenir à se démarquer d’une manière ou d’une autre afin d’attirer un peu l’attention. Et à ma grande surprise, je découvre de très bons morceaux post punk tranchants et déchirants. Car voilà, c’est officiel, Pj Harvey ne réside plus dans sa bonne vieille campagne du Dorset, mais s’est réincarnée dans la peau de la belle Johanna Serville alias Jesus Is My Girlfriend , en Provence.

Un peu plus tard, je redécouvre dans ma platine (sans la terrible compression MP3 myspacienne) le maxi de ce duo sexy, qui pratique donc un rock brut et sauvage, empreint de blues minimaliste et de punk écorché vif qui fait souvent penser au premier Kills. Cinq très beaux morceaux, sous tension permanente, pleins de douceur et de rage, qui confirment, en beauté, la première impression que ce joli duo m’avaient laissé.

ça commence comme dans « Rid Of Me » avec « Woo Hoo (You’re So) », tendu, aigu, dont le refrain explose joyeusement, comme une délivrance, pleine de rage sous jacente. Les arrangements sont terribles, très justes et déments, mention spéciale à ce solo malade et distordu du plus bel effet.
« Storm » pose ensuite les bases sombres de Jesus Is My Girlfriend, on pense alors au folk électrique et écorché de Shannon Wright. L’orage chez Jesus s’annonce en douceur, une douceur sinueuse, maligne. La voix de Johanna se fait touchante, prenante, tout en émotion retenue. Un très beau morceau minimaliste qui promet une bonne explosion de violence. Mais il n’en est rien, et c’est là où Jesus Is My Girlfriend a tout bon, enchainant sur « High Heels » jolie comptine malade et émouvante, pleine de sanglots langoureux et d’arpèges mélancoliques, qui viennent toucher nos vieux coeurs blasés. Puis le fantôme de Polly Jean réapparait sur le bien nommé « Twin Sister », pour moi, le meilleur morceau du maxi. « I wanna kill my twin sister » murmure Johanna, dans l’ombre de ses guitares crues, revêches et tranchantes. Une « Twin Sister » hantée, dévorante, inquiétante, qui vient nous caresser sournoisement dans un incestueux refrain obsessionnel. Du grand art. « Cunt » vient électriser le tout, plus nerveux, plus violent. Un beau morceau bien acéré, dans lequel Jesus Is My Girlfriend, tel un serial killer à talon aiguille, vient nous jouer un remake de Massacre à la Tronçonneuse à grand coup de guitares saignantes. En bon sado maso du rock’n roll, on en redemande.

Au final, une bien belle découverte que cette Girlfriend du sud qui a roulé sa sainte bosse en première partie des excellents She Keeps Bees. Un très bon groupe illuminé, nerveux, sexy et violent que je vous encourage grandement à découvrir.



Si vous avez aimé, pourquoi ne pas partager... Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

2 Commentaires

  1. Sara Bertchansky dit :

    J'adore ce groupe!

  2. Sonia Rykielle dit :

    Moi aussi! Je les ai vus à l'international c'était dément! Une vraie claque!

Laisser un commentaire