Red Money « Bones Are Shaking »

Red Money

Retour en force pour Red Money, duo parisien suave et sexy que je vous avais déjà présenté l’année dernière sur ces pages. Après un premier album (« Chase Me« ) très prometteur, qui posait les bases d’un son garage sous haute tension rock’n’roll, Laure et Arnaud ont eu la bonne idée de partir enregistrer leur nouveaux titres à Nashville avec Andrija Tokic (producteur entre autres des excellents Alabama Shakes). Résultat: un son moite et brut de décoffrage qui sied à merveille à notre duo frenchie, qui pousse ici un peu plus loin son propos sauvage et débridée. Hantée et vibrant, voici le meilleur titre des Kills entendu depuis bien longtemps :) Alison Mosshart n’a plus qu’à se rhabiller…

Teleferik « Lune Electric »

Teleferik Lune Electric cover rock français Liban

Je vous ai déjà parlé de ce trio rock parisien rencontré il y a déjà quelques années lors d’un concert bien électrique. J’avais alors été assez impressionné par leur potentiel à la fois explosif et poétique et l’univers singulier qui se dégageait de leurs morceaux inspirés par le rock 70’s, les bluesmen et l’orient. Teleferik a depuis bien mûri son projet, en poursuivant sa route, contre vents et marées : deux Ep, changement de batteur, tournée aux USA, puis enfin cet album, sorte d’aboutissement du voyage. Le groupe a même eu la bonne idée d’enregistrer, en analogique, dans studio vintage cher à mon coeur, le Black Box avec Peter Deimel, connu pour son boulot sur les disques d’ Anna Calvi, des Kills, Nina Nastasia ou… Candy Flesh !

Parlor Snakes

Découvert en 2011 sur la foi d’un premier album envoûtant (“Let’s Get Gone”), j’étais vraiment tombée sous le charme du rock’n’roll hypnotique de Parlor Snakes, le plus new yorkais des groupes parisiens. Elégants et cultivés, le quatuor convoquait alors les fantômes de Jeffrey Lee Pierce, Poison Ivy, Lux Interior et Debbie Harry avec une intensité et une sensualité affriolante.