Teleferik « Blood Orange Sirup »

Teleferik

Voilà un groupe que je suis depuis ses premiers ébats, et que je suis toujours heureuse de retrouver au fil des années. Teleferik c’est ce duo parisien (Eliz au chant et à la basse, Arno à la guitare) au potentiel de folie, qui mélange comme personne le rock’n’roll 70’s et les inspirations spirituelles de l’Orient. Imaginez un peu Led Zep (ou Page & Plant sur “No Quarter”) qui danserait avec une grande insouciance avec la belle Natacha Atlas et rencontrerait au passage leur vieille copine Patti Smith. Sur la papier ça sonne bien. Sur disque c’est encore mieux.

Teleferik « Lune Electric »

Teleferik Lune Electric cover rock français Liban

Je vous ai déjà parlé de ce trio rock parisien rencontré il y a déjà quelques années lors d’un concert bien électrique. J’avais alors été assez impressionné par leur potentiel à la fois explosif et poétique et l’univers singulier qui se dégageait de leurs morceaux inspirés par le rock 70’s, les bluesmen et l’orient. Teleferik a depuis bien mûri son projet, en poursuivant sa route, contre vents et marées : deux Ep, changement de batteur, tournée aux USA, puis enfin cet album, sorte d’aboutissement du voyage. Le groupe a même eu la bonne idée d’enregistrer, en analogique, dans studio vintage cher à mon coeur, le Black Box avec Peter Deimel, connu pour son boulot sur les disques d’ Anna Calvi, des Kills, Nina Nastasia ou… Candy Flesh !