« Young Blood » le nouveau clip de Cute Kitten Eaters

Toujours aussi corrosifs, les rennais Cute Kitten Eaters dévoilent un nouveau clip vraiment réussi mettant en scène le très bon titre « Young Blood ». On y retrouve le son hypnotique et mécanique du groupe sur fond de teenage dream 90’s entre cauchemar, fantasme et réalité. Toujours aussi glaciale et charismatique, Ron Kring, emprise à ses démons, se perd au delà du miroir, dans l’esprit dérangé de Kat Bjelland et Courtney Love, et revient errante, planante, dans les rues de Rennes pour finir dans un crash halluciné.

Nouveau clip des Cute Kitten Eaters!


Découvert il y a plus de deux ans avec leur excellent premier Ep « Doubleplusgood is Slavery », qui réussissait le pari de marier avec pas mal d’élégance et beaucoup de talent, indus, grunge et coldwave, le quatuor rennais Cute Kitten Eaters poursuit sa route en publiant ces jours ci un clip bien dark et inquiétant, réalisé par Roxane Sigre, « Sleeper », dans lequel on retrouve Ron Kring (Eosine) en princesse/sorcière cauchemardesque, hantée par un serial killer/lover qui tient autant de Freddy Krueger que d’Edward aux Mains d’Argent. Bref ça flirte avec l’univers de Tim Burton, Wes Craven, De Palma et Tobe Hooper et ça colle plutôt bien avec celui des Cute Kitten Eaters. Le titre est bien envoûtant, entre Queen Adreena, Siouxsie et Nine Inch Nails, et la voix d’Eosine, toujours aussi planante, sorte de Kat Bjelland gothique.

Ungemuth, Pearl Jam, le grunge, et moi…

En parcourant le dernier numéro de Rock’n’Folk, j’eu le regret de constater une fois de plus, le snobisme d’un certain type de journaliste parisien, qui, non content de mépriser son lectorat et de lui offrir régulièrement une vision pour le moins réduite et déformée de la scène rock française (et internationale), piétine avec une jouissance même pas feinte, nos amours de jeunesse… Ainsi, le très honorable Nicolas Ungemuth, qui me fait parfois sourire avec ses chroniques assassines dans la rubrique « rééditions », s’en ai pris, cette fois-ci, violemment (et ce n’est pas la première fois) à ces braves gars de Pearl Jam…