Teleferik « Lune Electric Tour In Korea »

Teleferik

Rock sans frontière, généreux et spirituel, la musique des parisiens de Teleferik traverse les continents. Après une tournée aux USA, des dates à Dubaï, Eliz et Arno ont posé leurs valises en Corée, cet automne pour une série de dates électriques. En guise de cadeau de Noël, le groupe partage avec nous un petit souvenir de ce beau voyage avec cette jolie vidéo qui montre la rencontre surprenante et touchante de deux univers rassemblés par la joie du rock’n’roll. Un message important par les temps qui courent.

Teleferik « Lune Electric »

Teleferik Lune Electric cover rock français Liban

Je vous ai déjà parlé de ce trio rock parisien rencontré il y a déjà quelques années lors d’un concert bien électrique. J’avais alors été assez impressionné par leur potentiel à la fois explosif et poétique et l’univers singulier qui se dégageait de leurs morceaux inspirés par le rock 70’s, les bluesmen et l’orient. Teleferik a depuis bien mûri son projet, en poursuivant sa route, contre vents et marées : deux Ep, changement de batteur, tournée aux USA, puis enfin cet album, sorte d’aboutissement du voyage. Le groupe a même eu la bonne idée d’enregistrer, en analogique, dans studio vintage cher à mon coeur, le Black Box avec Peter Deimel, connu pour son boulot sur les disques d’ Anna Calvi, des Kills, Nina Nastasia ou… Candy Flesh !

Paulo Transpire « J’arracherais bien »

Pas toujours facile d’assumer sa part de rock’n’roll quand on choisit l’option en français dans le texte. Pas toujours facile de sonner juste, vrai, avec la poésie brut que le rock’n’roll vous impose, sans tomber dans les fameux clichés de la « chanson » (un joli mot pour ne pas en dire un autre…). Tant de groupes se cassent les dents (mais semblent pourtant plaire à la foule), que ça en devient carrément lassant.

Dans l’exercice de style, les quatre filles de Paulo Transpire s’en sortent plutôt bien en déclinant une poésie androgyne décalée sur des riffs sous influence Gun Club (le très bon « Corinne »). Petites tranches de vie, petites tranches de filles (tous les morceaux portent un prénom féminin…), parfois punk