Klô Pelgag – L’Etoile Thoracique

Klo Pelgag l'étoile thoracique

Une fois n’est pas coutume, c’est une jeune artiste québécoise que je vous présente aujourd’hui. Klô Pelgag, de son vrai nom Chloé Pelletier Gagnon, navigue dans les eaux enchanteresses d’une pop baroque, poétique et barrée grâce à ce nouvel album “L’étoile Thoracique”. Avec une aisance déconcertante et une folle ingénuosité, Klô la maline, emprunte tout ce qu’il y a de plus noble à la chanson française (la poésie nonchalante, la liberté de ton, la beauté des mots…) pour s’aventurer vers des contrées plus sinueuses, au pays de l’absurde, sur un terrain à la fois littéraire (on pense à Ionesco, Beckett, ou même Boris Vian) et extrêmement musical.

« Many Reasons To Smile » de Golden Age Of Monkeys (from Rennes)

Je dois bien vous avouer un truc. Ce n’est pas toujours facile de s’auto proclamer rock critic (et de s’assumer). Surtout quand on est soi même « musicienne » (pas le cas de tous les journalistes rock) et qu’on en a vue des vertes et des pas mûres au pays des bisounours du rock parisien (« Welcome to the jungle » comme dirait l’autre…)

Bref, quand on sait un peu ce que c’est que de se prendre des vents, des râteaux, des bides, des bravo, des hourra, des « j’adore ce que vous faites », des « à poil! » et tout le tralala, on a pas forcément envie d’être vache avec son prochain. Enfin, c’est mon cas. Donc, quand je me retrouve devant un groupe, à priori fort sympathique, mais dont la sainte musique ne m’emballe pas vraiment, je me sens d’un coup quelque peu mal à l’aise. Cela m’est arrivé bien plus d’une fois depuis l’ouverture de mon blog. En général, comme je suis une chic fille (sic) je préfère prévenir la personne qui m’a contacté du risque encouru (à savoir une chronique relativement négative). Dans 99% des cas, la personne en question, un peu véxée, c’est normal, préfère retirer sa demande plutôt que de risquer voir circuler une mauvaise critique sur le net. Mais dans certains cas, comme celui des rennais de Golden Age of Monkeys, les musiciens sont bons joueurs et acceptent, bon esprit, la critique dans une optique constructive. La tâche n’en est que plus difficile pour moi…