So Was The Sun « By Far The Worst / In Memory Of The Milk »

Ce n’est pas toujours évident de parler d’un groupe que l’on connait un peu. Que l’on suit depuis ses débuts, avec qui on a partagé la scène. Qu’on a vu éclore, grandir, progresser et devenir aujourd’hui cette petite boule d’énergie et d’émotion. Pas toujours facile d’être objectif, d’avoir un avis limpide et tranché. On les soutient. On les affectionne. On est forcément heureux de les voir passer à la vitesse supérieure.

Rennes Rocks#2 : Central Massif, noise toxique et captivant

Central Massif se démarque de la flopée de groupe noise qui fleurissent dans les rues de Rennes par la présence derrière le micro d’une voix féminine étrange et captivante. Genre de PJ Harvey psychotique désespérément amoureuse d’un certain IanMacKaye, elle jure, crache et rugit au milieu d’un chaos sonique terrifiant, précis et incroyablement maîtrisé. Ici on part à la dérive dans un son déstructuré et puissant, les rênes bien tenues par une session rythmique implacable et hyper créative.

Rennes Rocks! #1 My Sleeping Doll, post rock traumatique enchanté

Après avoir passé l’hiver à parcourir les plages de la nouvelle scène du rock californien à la découverte des plus jolies et talentueuses sirènes de L.A., j’entame aujourd’hui le printemps sur les terres de Bretagne, où plus précisément à Rennes, une nouvelle génération de filles émerge un peu partout sur le net et dans les petites salles de la ville pour former une scène riche, cultivée, et particulièrement captivante.

« A New Organ » premier extrait de l’album de So Was The Sun, disponible en écoute!

Des news des amis de So Was The Sun, qui après avoir publié un sympathique premier Ep oscillant entre noise et pop lyrique, s’apprêtent à sortir un album intitulé »Dead Submarines ». Avant l’impact prévu le 8 septembre, le groupe offre d’ores et déjà un titre en écoute sur le net, « A New Organ » qui annonce un virage stoner bien vélu,

So Was The Sun: noise vs pop lyrique

Une fois n’est pas coutume, c’est un groupe mené de front par un leader masculin sur lequel je me penche aujourd’hui (le rôle de rebel girl est ici endossé par Mai Lan Hoang, bassiste de son état). C’est donc Palem Candillier, l’homme aux multiples projets, qui mène la barque. Très investit sur la scène parisienne, Palem ne se contente pas d’être le chanteur des remarqués Bree Van DeKamps (fondé sur les cendres du groupe Guinea Pigs). Il a fondé un label (Gone Paris Gone), anime une émission nocturne sur Radio Libertaire (Les Rendez Vous Soniques), publie des chroniques sur le webzine Visual Music, et réalise même des clips avec sa boîte de prod’, ParhelProd. Entre tout ça il trouve même du temps pour son projet solo, So Was The Sun (mais comment fait-il?)…